Si vous partez en Birmanie et que vous êtes a la quête de souvenir ou du cadeau idéal pour votre retour : voici quelques produits typiquement birmans, et de fabrication artisanale.

Un peu de Birmanie chez soi avec ces objets venant du bout du monde confectionnés avec savoir-faire et minutie! Un travail des artisans chevronnés qui mettent des mois (parfois 6 mois) pour la fabrication d’un seul objet.

http://voixdasie.com//soyummy.swf

Les boites en bambous

Ces petites boites sont confectionnées a l’aide de bambous , avec un pinceau en crin de cheval on va placer une fine couche de résine , attendre le séchage et placer une autre couche a l’intérieur.A noter que celui ci dure 1 semaine pour la première couche et répéter a plusieurs reprises avec un ponçage .

L’artisant continue en collant un tissu en coton sur le bol avec comme toujours des couches les résines sont nécessaires.

Ensuite il va bruler un os d’animal qui sera mélangé à la résine qui sera étalée ensuite sur le bol.

Vient le moment de dessiner avec une lame le motif  qui se dessine progréssivement et  la coloration du bol : on utilise des couleurs aux tons ocres généralement.

La peinture s’impreigne dans le dessin puis l’artisant va enlever le superflu .

Généralement ce travail se transmet de génération en génération et mérite sa reconnaissance quand on voit le travail fournit.

 

 

La fabrique de cheerot

Pour les amateurs de cigares , en birmanie ce sont des femmes qui roulent les cigares à la main à la vitesse de l’éclair.du plus fort au plus doux il y en a pour tous les goûts.

 

Plusieurs fabriques traditionnelles existent en Birmanie et pour les amateurs on peut les vister en y testant votre préféré accompagné d’une bonne tasse de thé.

 

Une belle idée cadeau pour les amateurs de cigares

 

L’atelier d’ombrelles

En birmanie il est monnaie courante de voir des femmes se promenant avec des ombrelles , ce belle objet qui vous protède du soleil est un véritable objet d’art traditionnel.

Sa fabrication:

On prend la pulpe de pozapin que l’on va ramolir durant des heures au feu

Ensuite on en récupère la pulpe pour la piler dans un tamis que l’on mettra sécher et dont on obtiendra la forme d’une feuille.

Environ 2 heures plus tard , la pulpe séchée , on va décoller la feuille du tamis pour la travailler dans l’atelier , là s’y trouve un tailleur de bois et des coupeuses qui vont installer le papier sur un support en bois et découper les formes souhaitées.

Dernière étape: on va coller des feuilles entre les 2 couches de feuilles de pozapin et des femmes vont peindre des décoration à la main .

Et voilà une belle ombrelle  vient  de prendre vie.

 

Les peintures sur tissu.

Envie de rentrer avec une peinture des bouddhas, des pagodes ou des monks a accrocher sur votre mur ?

Il ne s’agit pas de n’importe quelle technique mais celle de peinture sur sable !

Et oui c’est sur un morceau de tissu que l’artiste va coller du sable en grande quantité.Une fois celui-ci séché, il va tracer un dessin ou motif au crayon ou à l’encre en rajoutant des couleurs de son choix.

Une belle technique Artistique naturelle.

 

 

 

 

 

 

 

Rédaction Gaétane Grandin

photos et infos sur : princeminister.com trekearth.com philippebody.com kinelly.over-blog.com

fourmis-birmanie.blogspot.com  thanaka.org christelle.lee-blog.over.com

Articles similaires